Aloe Blacc & Exile – Séparation de gré

« Á deux, c’est mieux »… la maxime a eu le vent en poupe dès lors que le hiphop a oublié l’esprit de troupe. Les exemples de duos talentueux accouchant de carrières solo discutables se dénombrent au-delà des deux doigts d’une main. On citera Capone et Noreaga, restant à des lieues de leur CNN commun, ou la scission bancale (puis réunification) de Starr et Shen. Mais, comme toute règle, celle du « duo insoluble en solo » tient son nombre de contre-exemples. En figures de proue de ces derniers, Aloe Blacc et Exile ont prouvé que si de deux, on retient un, on arrive à multiplier univers et expériences.

Additionnés, les compères de Los Angeles ont formé Emanon, combinaison chère à bon nombre d’amateurs de boucles downtempo et sac-à-dos. En 2005, sur The Waiting Room, Exile produisait pour un Aloe Blacc qui, la plupart du temps, s’en tenait à rapper, tout en laissant poindre, l’espace d’un refrain, un timbre soul non-déplaisant.

C’est l’année suivante que la route à deux voi(es)(x) se scinde, menant ses occupants vers des destinations opposées, au gré des envies. Exile, soucieux dans un premier temps de multiplier les collaborations, enchaine sur la production de son premier album de producteur. Sur Dirty Science, quelques instrumentaux prometteurs croisent le chemin d’une guest-list tendant un pont entre l’indépendante Californie et la glorieuse côte Est (M.E.D., Ghostface, Slum Village, et, bien sur, Aloe). Après une nouvelle réussite en duo avec le rookie Blu, le DJ se lance dans la production d’un premier album instrumental et expérimental de grande classe.

Exile – Sound is God

Exile – Love Line

Radio naît de l’idée de capturer, triturer et ré-agencer l’hertzien californien. Le résultat surfe sur des ondes oscillant entre J.Dilla et DJ Shadow, tout en imposant la patte émancipée d’un producteur malin. Si exile donne donc dans l’innovation, Aloe Blacc a lui choisi de donner de la voix. Signé sur le mythique Stones Throw, maison mère de Madlib et consors, il s’oublie MC et se fait vocaliste. Après Shine Throught, premier album navigant entre soul et nappes électro, l’autre moitié d’Emanon revient aux fondamentaux du genre en 2010. Largement et justement buzzé, son I Need A Dollar est rapidement devenu symbole d’une génération réconciliant Motown et Rawkus, Outkast et Syl Johnson.

Au vu de cette volontaire scission menant à l’émancipation sonore des deux comparses, on se voit rassuré quant à la capacité d’un duo à arpenter de beaux chemins solitaires. Et la maxime surranée de muer… « Si à deux, c’est mieux, c’est en solo que vient le renouveau ».

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

About Manuel De Castro

Developpeur, concepteur, rédacteur, passionné de musique(s).

3 responses to “Aloe Blacc & Exile – Séparation de gré”

  1. A.D.I says :

    Je découvre ton univers depuis maintenant près d’une heure…et wahou! J’adore, j’adhère. Très beau travail.

  2. Little L says :

    Terriblement sympa ton blog ! Déjà, j’apprécie beaucoup les gouts musicaux et les artistes chroniqués, puis en plus c’est bien écrits, c’est soignés, ça donne vraiment envie de lire et de se pencher sur les albums dont tu parles.
    Bref, hop dans les favoris, et bonne continuation pour la suite.

    (@ bientôt sur le forum ;))

  3. olivier says :

    ué bof le blog…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :