Kero One – Windmills of the Soul

keroLa salle est comble. La visibilité est altérée par les volutes des cigares, mais, en s’approchant un peu, on commence à distinguer les visages.

Louis Armstrong est là, attablé près de la scène, le sourire aux lèvres. John Coltrane lui narre sa glorieuse escapade à Philly. Miles Davis et Marcus Miller cherchent ensembles les raisons de la relative imperfection de Tutu. Ela Fitzgerald chantonne « Fever » à Charlie Parker, qui en a presque les larmes aux yeux. Les doigts d’Herbie Hancock parcourent frénétiquement le bar. L’attente est longue. Des heures. Des jours. Des années.

Des années que cette constellation d’étoiles cuivrées, de légendes jazzy, attend patiemment de voir ce que la nouvelle génération peut vraiment faire de bon avec la musique qu’elle affectionne. Tous sont là ce soir, venus de très loin, voire de très haut, et n’attendent plus que la confirmation, le lever de rideau.

Le moment arrive enfin. Les lumières se tamisent, un silence de cathédrale plane au-dessus de la salle. Un jeune homme d’origine asiatique entre en scène. Kero One semble intimidé face à une telle audience. Le suit un quintet, puis, juste derrière, un DJ. Charlie Mingus crie au scandale, vite rassuré par Roy Hargrove, qui l’assure de la normalité de la situation. Le concert peut alors commencer. A peine l’intro entamée, Kenny Burrell est le premier à applaudir, savourant l’harmonieuse boucle de guitare, qu’il n’aurait pas reniée. C’est ensuite Courtney Pine qui se voit bluffé par le groove de Give Thanks, la maitrise du saxophoniste alto, ainsi que la qualité des scratches, dont il a toujours été friand.

Puis les morceaux s’enchainent, les applaudissements se faisant de plus en plus fournis à chaque interlude. Interpelée par la fluidité du flow de Kero sur My Story, Nina Simone demande à Erick Truffaz s’il s’agit de scat. Ce dernier lui répond que c’est du rap, mais qu’au fond, ca n’est pas si éloigné. Jaco Pastorious et André Cecarelli acclament à l’unisson la superbe section rythmique de Tempted, groovy à souhait, puis c’est au tour Michel Petrucciani de s’extasier face à la fluidité dont fait preuve le pianiste sur In all the Wrong Places.

Magik Malik apprécie à sa juste valeur la flute traversière qui parcourt The Cycle Repeats, et s’imagine déjà un featuring avec Kero sur un de ses projets à venir. C’est alors que Stanley Clarke se lève pour saluer l’excellence de la ligne de basse entendue en intro de la pépite Fly away, bientôt rejoint dans son initiative par le reste de la salle, dont un Nat King Cole et un Ray Charles plus que séduits par le doux refrain chanté. Le public de connaisseurs est conquis. C’est le moment que choisit Kero One pour asséner le coup de grâce avec l’excellent et très rythmé Check the Blueprints. Joséphine Baker ne peut alors s’empêcher de danser, Tito Puente de marquer le rythme, et Wynton Marsalis de rejoindre l’artiste sur scène, pour un boeuf mémorable.

Après une heure de représentation, le rideau se clôt, au grand désespoir des convives d’un soir. Tous en ont désormais la certitude : des artiste comme Kero One permettent et permettront au jazz de prospérer, d’évoluer, de s’inspirer d’autres sonorités pour ne jamais cesser d’exister. Et, d’un seul élan, tous se dirigent vers les coulisses, afin de féliciter l’artiste, avec la conviction de pouvoir repartir en paix.

Chronique publiée sur www.rap2k.com le 10/04/2006

Vodpod videos no longer available.
Publicités

Étiquettes : , , , ,

About Manuel De Castro

Developpeur, concepteur, rédacteur, passionné de musique(s).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :